• Quel est le parcours d’un franchisé du Groupe LE DUFF ?

    Avant la signature du contrat de franchise :
    Toute demande de franchise commence par une présentation du concept au candidat puis un entretien approfondi avec le Responsable du Recrutement Franchise, au cours duquel sont évaluées les motivations et le profil des candidats.
    Le dispositif de recrutement prévoit ensuite un stage Découverte de 3 jours dans l’un des Restaurants Ecoles du réseau, durant lesquels le candidat va être en contact avec les postes, production et service clients.
    Après que le candidat ait présenté son financement, la direction immobilière de l’enseigne apporte son savoir faire dans le choix d’un emplacement immobilier.
    Le choix de l’emplacement est primordial et le Groupe tient à un emplacement n°1 (centres commerciaux, centre ville et périphérie des villes pour Del Arte).

    Après la signature du contrat de franchise :
    Une fois le compte d’exploitation validé et le contrat de franchise signé, le candidat suit une formation de 11 semaines : 8 sur le terrain, dans un des Restaurants Ecoles, où il met en pratique le savoir-faire de l’enseigne, et 3 semaines théoriques au centre de formation du Groupe LE DUFF.
    Pour son restaurant, le franchisé sera outillé de kits complets de formation pour ses équipes sur l’hygiène, le service client, l’accueil, les produits et les techniques de vente ainsi que les Guides d’exploitation, indispensables pour le respect du concept.
    Dès son installation, le franchisé bénéficie de l’assistance à l’ouverture d’un opérationnel du groupe présent pendant 13 jours. De plus, pendant toute la durée de son contrat, un Consultant Franchise est à ses côtés pour le conseiller.

  • Comment doit-être organisé le réseau d’un franchiseur ?

    Il n’y a pas de règles ni d’obligations. Cependant, un franchiseur qui gère son activité avec un réseau de succursales (gestion en direct) fait la preuve de la légitimité du concept.

  • Concrètement dans le Groupe LE DUFF, combien coûte une franchise ?

    Pour Brioche Dorée, pour un investissement total moyen de 500 000 à 700 000 euros, pour une surface allant de 70 à 200 m², l’apport est de 30 000 € pour un locataire gérant et de 100 000 € pour un investisseur. Le CA moyen annuel est de 620 000 euros. La redevance d’enseigne de 5 % du CA HT, et la contribution marketing de 1,5 % du CA HT.

    Pour Del Arte, pour un investissement total moyen de 800 000 euros, pour une surface de 450 m², l’apport est de 50 000 € pour un locataire gérant et de 200 000 € pour un investisseur. Le CA pour la 1ère année est de 1 200 000 à 1 500 000 euros. La redevance d’enseigne de 5 % et la contribution marketing de 2 % du CA HT.

  • De quel apport financier ai-je besoin pour ouvrir une franchise ?

    De toute évidence, l’argent dont vous disposez dicte en grande partie le choix des franchises que vous pouvez envisager. Un domaine à investissement lourd, comme l’hôtellerie, demande au départ des fonds plus élevés.
    N’oubliez pas le revers de la médaille : certaines franchises accessibles avec peu de capital ne génèrent en contrepartie qu’un revenu d’appoint.
    Désirez-vous maintenir votre train de vie actuel ? Cherchez-vous à l’améliorer ? Êtes-vous prêt à faire des sacrifices au début en vue de constituer un patrimoine à plus long terme ?

    Déterminez vos attentes réelles et efforcez-vous de réunir les fonds qu’il vous faudra investir pour les remplir. Si cela vous est vraiment impossible, si vous devez vous replier sur une franchise plus légère, envisagez un plan par étapes :

    Vous sera-t-il possible d’aller vers la multi franchise, soit d’acheter au fil du temps des unités complémentaires de la même enseigne ? Certains franchiseurs le permettent plus facilement que d’autres, certains secteurs géographiques sont encombrés, voire saturés.

    Serez-vous en mesure, plus tard, de vous diriger vers la pluri franchise et donc de cumuler des franchises de plusieurs enseignes différentes (non concurrentes, bien sûr) ? Certains franchiseurs voient la chose d’un mauvais œil.

    Vous sera-t-il facile de revendre la franchise et d’utiliser le capital ainsi accumulé pour faire l’acquisition de la nouvelle enseigne qui vous échappe aujourd’hui ? Les conditions de revente varient d’un réseau à l’autre.

  • Pourquoi un franchiseur insiste-t-il dans le contrat sur la notion d'indépendance du franchisé

    Parce que le franchisé doit être bien conscient qu'il est un commerçant indépendant, responsable de sa gestion et de ses résultats mais aussi parce que les tribunaux recherchent facilement la responsabilité du franchiseur dans la gestion du franchisé lorsque le franchiseur s'immisce dans la gestion du franchisé et va au-delà de ce qui est nécessaire à la bonne marche et au respect du concept.

  • Quel est le profil type d’un franchisé en restauration rapide ou en restaurant à thème Pizza Pasta ?

    Il faut être commerçant, savoir diriger une équipe d’hommes et de femmes de 10 à 30 employés et être passionné par son métier pour ne pas compter son temps au travail.
    Dans tous les cas, il faut du courage, il faut y croire très fort, il faut oser.
    Pour Le Groupe LE DUFF, nous recherchons avant tout, des personnes ayant la capacité à entreprendre, de véritables chefs d’entreprise opérationnels, des passionnés par la restauration et les produits de l’enseigne, par le service client avec de vraies qualités relationnelles et maîtrisant la gestion d’une entreprise. Ils devront être en mesure de manager une équipe. Ils peuvent être issus d’environnements professionnels divers. Tout en étant indépendant, ils adhèrent au concept éprouvé de la franchise.

  • Comment devenir franchisé ?

    Avant de devenir franchisé, le candidat doit s’informer pour prendre sa décision.
    Il ne se contente pas de ce que le franchiseur lui dit. Il parle à des franchisés du système et à ses clients. Un bon franchiseur a des partenaires heureux de leur sort.
    Il sélectionne une franchise à la mesure de ses attentes, financières et autres (lieu, environnement, qualité de vie, etc.).
    Il préfère une franchise dans un métier avec lequel il a des affinités et qui lui permet d’exprimer et d’utiliser au mieux ses qualités personnelles et ses talents.
    Il recherche un franchiseur qui a les structures d’accueil et de formation nécessaires pour lui transmettre efficacement son savoir-faire, ses connaissances et ses compétences.
    Il préfère un entrepreneur qui a non seulement prouvé qu’il savait franchiser, mais qui a aussi fait la preuve de son succès dans la gestion directe de ses succursales.

    On s’assure ainsi de la compatibilité des visions d’avenir (où serons-nous dans un an, dans cinq, dix ou quinze ans ?) :
    Objectif : Combien d’unités vais-je ouvrir ?
    Partage des rôles : Qui sélectionne le site ? Qui s’occupe de l’aménagement ?
    Communication : En devenant franchisé, vais-je avoir mon mot à dire dans la gestion des fonds marketing, la recherche de nouveaux produits, etc. ?
    Degré d’autonomie : Dois-je être présent dans mon unité quinze heures par jour (une fois le rodage initial terminé) ? Vais-je pouvoir envisager un jour l’acquisition d’un autre établissement ? d’une autre enseigne ?
    Question financière : Combien d’argent vais-je gagner au quotidien ? Quel patrimoine vais-je construire à long terme ? En suis-je satisfait ? Ma famille le voit-elle comme moi ?

  • Quelle est la durée des contrats de franchise ?

    La franchise est peu réglementée voire quasiment pas. Les parties sont libres de fixer la durée du contrat ou de la laisser indéterminée, le contrat pouvant alors être résilié moyennant la notification d’un préavis raisonnable, c’est-à-dire proportionnelle à la durée du contrat.
    En pratique, du fait de la limitation à cinq ans des clauses de non concurrence et d’exclusivité par le règlement d’exemption européen du 22 décembre 1999, les contrats sont désormais le plus souvent d’une durée de cinq ans.

    Pour le Groupe LE DUFF, le contrat est de 9 ans. Ce qui permet au franchisé de s’investir sur du plus long terme.

  • A quoi sert le droit d'entrée en franchise ?

    Le droit d'entrée est versé en rémunération de la concession de la zone géographique exclusive de Franchise.

  • Est-on sûr du résultat si l’on fait le choix d’une franchise ?

    La franchise n’est pas une assurance tout risque, mais les bons franchiseurs ont très peu d’échec dans leur réseau. Vous avez 10 fois plus de chance de succès avec un bon franchiseur, comme Brioche Dorée, Del Arte, Accor ou Yves Rocher pour n’en citer que quelques uns.

  • Quels sont les atouts d’un franchiseur comme le Groupe LE DUFF, dans ce cadre là ?

    Pour un franchiseur comme le Groupe LE DUFF, tout est mis en œuvre afin que le franchisé travaille dans les meilleures conditions. Les commandes se font par Internet, une plateforme de distribution met en place une livraison bihebdomadaire et tous les achats de matière première étant massifiés, les prix sont calculés au plus bas. Tout en étant indépendant, le franchisé bénéficie des plus de 30 ans d’existence du Franchiseur, ce qui représente une sécurité pour l’entrepreneur. Une sécurité renforcée par la rentabilité qu’affichent les restaurants gérés en succursale par le franchiseur : 17,5% d’EBITDA en moyenne sur le réseau Brioche Dorée.

  • Qu’apporte le Groupe LE DUFF, dans ce cadre là ?

    Pour le Groupe LE DUFF, tout est mis en œuvre afin que le franchisé travaille dans les meilleures conditions. Les commandes se font par Internet, une plateforme de distribution met en place une livraison bihebdomadaire et tous les achats de matière première étant massifiés, les prix sont calculés au plus bas. Tout en étant indépendant, le franchisé bénéficie des plus de 30 ans d’existence du Groupe, ce qui représente une sécurité pour l’entrepreneur. Une sécurité renforcée par la rentabilité qu’affichent les restaurants gérés en succursale par le franchiseur : 17,5% d’EBITDA en moyenne sur le réseau Brioche Dorée.

  • Quel est l’intérêt de se lancer dans la franchise ?

    56% des français veulent créer leur entreprise. Mais 52% échouent dans les 5 ans quand ils sont seuls et ferment leur entreprise ou sont obligés de la céder.
    En franchise, ils ont 10 fois plus de chance de réussir avec un bon parrain qui transmet son expérience, les clefs de son succès.

    La franchise est un gain de temps en terme de recherche d’un concept, de fournisseurs, d’emplacements, d’étude de marché… Et, il faut aller vite. La franchise est une des clefs pour gagner ce précieux temps en profitant de l’expérience du franchiseur.

    Le franchiseur vous tend la main si vous voulez réussir.
    La franchise c’est l’appartenance à un réseau, à un groupe. Le franchisé est indépendant dans sa gestion mais n’est pas isolé dans les achats, le marketing, la publicité et la transmission d’expérience.

  • Que recherche le créateur d’entreprise à travers la franchise ?

    LA SECURITE
    C’est du compagnonnage, une alliance car l’union fait la force
    Parce que le franchisé gagne du temps, il évite les maladies infantiles

    LA RENTABILITE
    Brioche Dorée = 17,5% d’EBITDA en moyenne en France en succursale depuis 15 ans

    L’INDEPENDANCE
    La franchise, c’est la vraie indépendance d’un entrepreneur en profitant du savoir faire et de la puissance d’une grande enseigne. Il crée son propre job et maîtrise ainsi son destin.
    On est seul mais pas abandonné.

  • Que pensez-vous du développement de la franchise en France ?

    La France est une terre de prédilection pour la franchise. Selon les chiffres de la Fédération française de la franchise (FFF), le marché hexagonal pèse plus de 34 milliards d'euros. A elle seule, la France représente 40 % du marché européen de la franchise.

    Actuellement, le phénomène de la franchise en France connaît un regain de vigueur depuis cinq ans. On compte un peu plus de 1 200 réseaux pour environ 40 000 commerces franchisés
    et plus de 400.000 emplois sur le territoire. La situation actuelle de crise, incite de plus en plus de personnes à se mettre à leur compte. La franchise en France est un excellent moyen pour réussir.

  • Peut-on encore réussir aujourd’hui dans la création d’entreprise ?

    Pour Louis LE DUFF, la France n’est pas condamnée à la sinistrose. Par contre, beaucoup de concepts existent déjà, tout va de plus en plus vite. C’est donc plus difficile. Mais je suis persuadé qu’aujourd’hui, on peut encore réussir. Je n’ai pas dit que c’était facile, mais possible.